Forte hausse des prix de l’immobilier neuf

forte-hausse-des-prix-de-l-immobilier-neuf

Les prix de l’immobilier neuf progressent de 7% en un an

L’étude dévoilée ce mois-ci par le laboratoire de l’immobilier porte sur l’ensemble des communes françaises de plus de 45.000 habitants et confirme clairement la forte hausse des prix de l’immobilier neuf déjà entamée les années précédentes : entre mai 2021 et mai 2022, le prix moyen du m² neuf est passé de 4.900€ à 5.250€. Norvefa vous explique les raisons de cette tendance haussière… 

 

Une demande toujours forte

Plusieurs facteurs soutiennent la demande de logements neufs et certains sont paradoxalement nés des crises successives du Covid et de l’Ukraine. En effet, la première, en empêchant les français qui le pouvaient de voyager ou de consommer, a créé une masse d’épargne importante, alimentée par les nombreuses aides de l’état français. Cette épargne a été copieusement redirigée vers le secteur de l’immobilier toujours prisé par les investisseurs pour son très bon équilibre entre risque et rentabilité. De plus, cette crise sanitaire a fait naître de nouvelles aspirations d’habitat chez les français qui souhaitent aujourd’hui plus de confort et d’équipements, ce dont les logements neufs prennent en compte dans leur conception.

D’autre part, l’incertitude sur l’avenir née de la guerre en Ukraine n’a fait qu’accroître cette tendance en poussant les français, soit à devenir propriétaires plus vite pour sécuriser leur futur habitat, soit à se positionner sur un secteur d’investissement traditionnellement mieux armé face à l’inflation, la valorisation des actifs immobiliers suivant assez naturellement l’augmentation des prix.

Autre vecteur de la forte hausse des prix de l’immobilier neuf, les nouvelles contraintes environnementales touchant l’immobilier en général et l’immobilier locatif en particulier. Le nouveau DPE (Diagnostic de Performance Énergétique) instauré en juillet 2021 et les prochaines règles limitant, voire interdisant la mise en location des « passoires thermiques », ont orienté les investisseurs vers des logements neufs beaucoup plus performants d’un point de vue thermique et respectant ces nouvelles contraintes, ainsi que les personnes souhaitant réduire la facture énergétique de leur futur logement…

 

prix-immobilier-neuf

 

Une offre contrainte et des coûts qui explosent

Face à cette demande, le secteur de l’immobilier neuf souffre d’un mal récurrent depuis plusieurs années, celui de la faiblesse des permis de construire accordés ! Pression des habitants sur leur maire pour ne pas construire d’avantage, maires écologistes anti-béton, complexification des dossiers, autant de facteurs qui explique la baisse alarmante de 30,5% du nombre d’habitats neufs mis en vente entre le 1er trimestre 2021 et le 1er trimestre 2022. Conséquence directe, le stock disponible de logements neufs ne représente que 7,7 mois de commercialisation, au plus bas depuis 2012, ce qui suscite une vive inquiétude chez les professionnels du secteur. Ces derniers ont d’ailleurs appris avec surprise et désarroi l’absence de ministère dédié au logement dans la composition du nouveau gouvernement, alors que c’est un secteur intimement lié aux enjeux cruciaux de l’écologie et du pouvoir d’achat des français : Logement : pourquoi tant de haine ? par Pascal Boulanger le 25 mai 2022.

Dernier élément expliquant la forte hausse des prix de l’immobilier neuf, celui de l’explosion des coûts de construction : la pénurie de matériaux (et parfois de main d’oeuvre) démarrée avec la crise du Covid n’a fait que s’accélérer depuis le début de l’année avec la guerre en Ukraine et les blocages en Chine dus à de nouveaux confinements. Ce qui est rare est cher et on a pu observer des augmentations de prix du simple au triple, et même plus, pour certains matériaux ! De plus, l’instauration de la nouvelle norme énergétique RE2020 cette année, qui aura certes des répercussions bénéfiques dans l’impact environnemental des futurs logements neufs, va provoquer en parallèle un surcoût estimé de 5 à 10% sur les coûts de construction…

Au final, en considérant cette flambée des prix, liée à celle des taux d’intérêts bancaires, la meilleure chose à faire est d’investir le plus vite possible, avant de devoir revoir fortement à la baisse la taille de son logement, son emplacement ou ses prestations…

 

Inscription à la Newsletter

Chaque 1er vendredi du mois, toute l’actualité de l’immobilier vue par Norvefa