Mise en place de l’encadrement des loyers à Lille

encadrement des loyers

La ministre du logement, Emmanuelle Cosse, a annoncé vendredi 16 décembre à Lille la mise en place de l’encadrement des loyers dans cette ville à partir du 1er février 2017, une première en province.

Lille, 3e ville la plus chère de France (hors Paris) pour son niveau de loyer, est ainsi la première en région à appliquer le dispositif lancé en août 2015 à Paris.

Ce dispositif prévoit que, à la signature d’un nouveau bail ou lors d’un renouvellement, le loyer d’un logement ne peut dépasser de 20% un loyer de référence fixé par arrêté préfectoral selon le nombre de pièces et la période de construction du logement, ni lui être inférieur de 30%, sauf exceptions bénéficiant d’un « complément de loyer ».

Environ 14 % des 55.000 logements privés de Lille, Lomme et Hellemmes seront potentiellement concernés par un coup de rabot sur leur tarif de location.

Afin de savoir si leur loyer est trop élevé, les Lillois peuvent d’ores et déjà consulter le site internet encadrementdesloyers.gouv.fr mis en place par le gouvernement. En mentionnant toutes les informations portant sur son habitation (année de construction, surface, adresse), un internaute peut prendre connaissance du loyer de référence chez lui et près de chez lui et du loyer maximum à ne pas dépasser, une information sera également présentée sur le site internet de la Ville de Lille.

L’encadrement des loyers avait été instauré par la loi Alur, défendue au Parlement par l’ex-ministre du Logement Cécile Duflot. Il avait été très critiqué par l’opposition de droite, mais avait aussi fait l’objet de réserves dans la majorité, au point que le Premier ministre d’alors, Manuel Valls, l’avait cantonné à Paris et aux communes volontaires.

One thought on “Mise en place de l’encadrement des loyers à Lille

  1. Nicolas VERRIEZ Reply

    Encore un dispositif qui démontre à quel point les politiques sont déconnectés des règles économiques en général et du marché immobilier en particulier… Cette mesure risque non seulement de déséquilibrer d’avantage le marché lillois qui souffre déjà d’une offre insuffisante mais aussi de mettre en grande difficulté les épargnants qui se sont endettés pour s’offrir un bien immobilier en prévision de leur retraite ! Et le pire, c’est que cela n’aura absolument aucune conséquence sur l’accès au logement pour les plus démunis car les propriétaires choisiront toujours le locataire le plus sûr, quel que soit le montant du loyer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *